dessin A. Joncheray

Contact :

Chorale Chant'Aubance

Charcé-Saint-Ellier-sur-Aubance

49320 BRISSAC LOIRE AUBANCE

 

02 41 45 55 94

André le Président

 

06 07 02 78 88

Robert le Secrétaire

 

chantaubance49320@laposte.net

 

www.chantaubance.jimdo.com

.............................

Quoi vous dire encore ? ...

Ah si,

----------------------------------

C'était hier ...

Quelques échos du concert :

http://dl.free.fr/l2JrgqXRI

R/ Sélectionnez l'adresse / clic droit > choisir Free / sur la page Free, télécharger le fichier / à écouter si le chœur vous en dit mais ne pas diffuser SVP

.........................................................................................................................

La Presse en parle ...

CO du samedi 8 octobre 2016

Un nouveau chef à Chant'Aubance

Courrier de l'Ouest - Témoignages de Choristes - Interview du 14 Juin 2015

 

CO du 02 février 2016 ...

... suite de l'article du 02 février 2016 ...

à Saint Saturnin - 18/06/2016

à Charcé - 09/07/2016

/////////////////////////////////////////////////

 

Philippe, qu’est-ce qui t’a porté vers la musique ?

 Dès l’âge de 9 ans  « j’entrais » en musique. Avec un père violoniste, une mère chanteuse et un grand frère pianiste, le chemin était tout tracé. Chez  nous la musique relève de la génétique.

 

 

Aujourd’hui tu es chef de chœur, peux-tu nous présenter ton parcours ?

 Pour en arriver là, j’ai suivi une formation assez éclectique, et pratiqué la musique et le chant en divers univers.

Tôt, j’ai suivi des cours particuliers. La musique à l’école, ça n’a jamais vraiment marché !

J’ai enchaîné avec une formation classique au Conservatoire d’Angers (1er, 2ème et 3ème cycle) sans oublier mon cursus universitaire ; j’ai ma  licence de musicologie. J’ai ajouté à cela l’apprentissage du jazz en autodidacte, avec des références à Claude Bolling et Rhoda Scott.

Parallèlement, je me suis produit dans les bals de la Région (clavier, accordéon…), j'ai donné des cours particuliers ainsi qu'en écoles de musique.

Voilà comment en 2002, à l’âge de 44 ans (né le 28 9 1958 à Angers) je suis devenu chef de chœur à St-Sylvain d’Anjou en succédant au titulaire de l’époque.

 

 

Tu as animé de multiples chorales. Peux- tu développer ?

Aujourd’hui au-delà de la chorale Chant’Aubance, je dirige celle d’Ingrandes. J’interviens  aussi comme organiste liturgique aux messes dominicales de Béhuard. Jusqu’à fin 2016 je co-animais la chorale Chœurs d’ Hommes dont le Siège est à Brissac.

Plus largement, j’ai été maître de chœur à  Montreuil-Juigné, Cantenay-Epinard, Champigné, St-Lambert-la-Potherie … animant jusqu’à 6 chorales dans la semaine.

J’ai par ailleurs réalisé un rêve de dix ans en créant, en 2012, une école maîtrisienne avec les enfants de la paroisse de Quimperlé (Finistère) ; mon rêve a malheureusement pris fin deux ans plus tard, la chorale s’étant vue privée d’une partie de ses ressources financières.

 

On sent en toi un chef de chœur passionné ; quelles sont tes principales motivations ?          

 L’aspect humain et l’activité musicale de groupe pour l’essentiel, répond-il spontanément.

 

Comment est rythmée ton activité ?

 Entre les répétions hebdomadaires, les enregistrements, le choix des chants à proposer au bureau des chorales, la musique occupe 75% de mon temps. L’enregistrement des chants en constitue  l’activité la plus chronophage ; de l’enregistrement à la diffusion, il faut compter 4H pour un chant.

 

As-tu d’autres centres d’intérêts ?

Quand je veux me défouler, j’attrape mon appareil photo, j’enfourche mon vélo et je file me balader le long de la Loire tout en restant à l’affût d’oiseaux dignes des plus belles photos de l’espèce.      

Quel est ton meilleur souvenir en tant que chef de chœur ?

 Mon meilleur souvenir remonte à l’époque où j’oeuvrais à St-Sylvain-d’Anjou. J’eus l’idée de proposer un concert réunissant 5 chorales et de présenter en final 3 chants celtiques accompagnés par 6 cornemuses ; je peux te dire que ça sonnait…

 

Quel est maintenant ton souvenir le plus cocasse ?

Il est de nature vestimentaire. Je n’oublierai jamais ce malheureux choriste qui n’avait rien trouvé de mieux que de porter des chaussures marron au lieu de  chausser du noir – comme convenu. Dieu sait si je l’ai charrié à la sortie !

Pour en finir, quelle ambition as-tu pour Chant’Aubance ?

Je rêve de concerts à plusieurs chorales ou avec des formations musicales, de refaire le coup des cornemuses en quelque sorte !

 

Propos recueillis par André ROUX